Vos questions sont entre de bonnes mains

Traitement maladie Parkinson

Partager
Envoyer par email

Différents médicaments face au Parkinson.

Plusieurs médicaments existent pour lutter contre la maladie de Parkinson : la levodopa, les agonistes dopaminergiques et les anticholinergiques

  • Ces traitements de Parkinson sont relativement efficaces mais ils doivent être pris avec modération. Par ailleurs, ces médicaments ont une action uniquement symptomatique et ils ne sont instaurés qu'en cas de signes cliniques moteurs.
  • En effet, ces traitements ne sont pas dénués de graves effets secondaires.

Parmi eux on trouve :

  • la levodopa (ou L-dopa) ;
  • les agonistes dopaminergiques ;
  • les anticholinergiques.

Traiter Parkinson avec les agonistes dopaminergiques

Le traitement par agonistes dopaminergiques est un traitement de première intention chez les parkinsoniens de moins de 70 ans.

Principe d'action

Les agonistes dopaminergiques visent à stimuler les récepteurs de la dopamine situés au niveau du cerveau. Pour ce faire, ils vont se lier aux neurones cérébraux comme s'il s'agissait de dopamine.

Ils vont faire en sorte d'augmenter la neurotransmission de dopamine au niveau neuronal.

En savoir plus : Définition maladie de Parkinson

Avantages

Le traitement par agonistes dopaminergiques (ropinirole par exemple) est utilisé en thérapie simple chez les patients âgés de moins de 70 ans et ne présentant que de faibles symptômes.

  • Il possède l'avantage de ne pas entraîner les effets secondaires moteurs rencontrés en cas de dopathérapie.
  • Il a essentiellement pour but de retarder autant que faire se peut la prise de levodopa étant donné les troubles qu'elle est susceptible de déclencher (notamment la dyskinésie).

Ce n'est que lorsque ce traitement deviendra insuffisant qu'on y adjoindra le traitement dopaminergique.

Certains agonistes comme la rotigotine (NEUPRO®) existent en patchs, tandis que l'apomorphine (APOKINON®) en injection est extrêmement puissante (efficace en moins de 10 minutes) et n'est prescrite qu'au stade des complications lorsque les troubles moteurs sont importants.

Effets secondaires

Outre le fait que les agonistes dopaminergiques ont généralement un efficacité inférieure à celle de la L-dopa (ils sont plus lents et agissent moins), ils sont susceptibles d'entraîner de très graves effets secondaires.

Le plus marquants sont également les plus rares :

  • les troubles comportementaux (en cas de surdosage) :
    • jeu pathologique,
    • achats compulsifs,
    • l'hypersexualité,
    • « punding » ou comportement répétitif, excessif et sans but (par exemple mélanger des papiers, réorganiser sans cesse son sac à main, ou même jardiner ou peindre de façon compulsive).

Plus fréquemment, on retrouve :

  • des troubles alimentaires ;
  • des hallucinations ;
  • des délires et confusions ;
  • des troubles digestifs et surtout des nausées.

Ces effets secondaires sont réversibles à l'arrêt du traitement.

Traitement de la maladie avec les anticholinergiques

Principe d'action

Les anticholinergiques vont bloquer l'action de l'acétylcholine, d'où leur nom.

Ils agissent sur le second neurone qui est rendu hyperfonctionnel du fait du mauvais fonctionnement du premier neurone, le neurone dopaminergique.

Quand sont-ils employés ?

Les anticholinergiques : la sélégiline (DEPRENYL®) et la rasagiline (AZILECT®) peuvent être proposés en première intention aux patients qui ne manifestent que de faibles symptômes.

  • Ces traitements seront aussi adressés aux sujets les plus jeunes (moins de 60 ans) lorsqu'ils présentent des tremblements.
  • Les anticholinergiques auront généralement un effet supérieure à la levodopa pour ce qui est des tremblements et ils auraient un effet neuroprotecteur.

Effets indésirables

Chez les plus de 60 ans les anticholinergiques ont tendance à entraîner :

  • des troubles mentaux ;
  • des hallucinations ;
  • de la confusion mentale ;
  • de la rétention urinaire ;
  • des glaucomes.

La sélégiline est contre-indiquée en cas d'hypertension artérielle.

Perspectives d'avenir

La maladie de Parkinson fait l'objet de nombreuses recherches. Il s'agit même du syndrome cérébral le plus étudié dans l'Hexagone.

Les études sont axées sur des objectifs bien précis qui sont essentiellement :

  • mettre au point des traitements entraînant peu d'effets secondaires ;
  • trouver des molécules capables de traiter les troubles associés à la maladie lorsqu'ils sont dus à l'atteinte de neurones ne faisant pas partie du système dopaminergique ;
  • traiter le cerveau à partir de cellules souches (avec le moins de risques possibles) ;
  • développer des traitements destinés à protéger les neurones afin de limiter l'évolution de la maladie.

Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
Christophe Leblond

phytothérapie, aromathérapie et compléments alimentaires | www.phyto-soins.com

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Pour aller plus loin



Newsletter

Chaque semaine des astuces et des actus dans votre boîte aux lettres !
Inscrivez-vous maintenant :

Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.

article
176004
Traitement maladie Parkinson : infos sur le traitement médicamenteux
La maladie de Parkinson se traite grâce à différents médicaments : les agonistes dopaminergiques et les anticholinergiques – Tout sur ComprendreChoisir.com
http://parkinson.comprendrechoisir.com/comprendre/traitement-maladie-parkinson
medicament-soin
cms